Evaluation « Programme d’Echange de Seringues de l’Agglomération Annécienne »….

....

 

Ce travail fait suite à une demande d’évaluation de l’association ARAVIH, (Association Réseau annécien Ville-Hôpital autour du VIH et des Hépatites), du projet PESPA (Programme d’échanges de Stéribox2® en pharmacie sur le bassin Annécien) porteuse du projet et mis en place en partenariat avec le CSAPA Le Lac d’Argent (Centre de Soin d’Accompagnement et de Prévention en addictologie).

Ce projet, qui a vu le jour en Juin 2005, vise à limiter pour les Usagers de Drogues par Voie Intraveineuse (UDVI), les risques de transmission d’infections telles que le VIH1 et les hépatites liés aux pratiques d’injection, au partage voire à la réutilisation du matériel d’injection. C’est donc un projet dont l’objectif premier est la Réduction des Risques (RdR) lié à l’usage de drogue injectable. En effet, l’encouragement à l’utilisation de matériel stérile, et donc sa mise à disposition, constitue le pilier de base d’une action de RdR2.

Le PESPA est donc un programme d’échange de stéribox2® dans les pharmacies du bassin Annécien. C’est un projet porté par l’association ARAVIH, en collaboration étroite avec le CSAPA d’Annecy « Le Lac d’Argent ». Il compte sur le volontariat des pharmacies d’officines d’Annecy et leur adhésion quant à la notion de Réduction des Risques et des dommages en termes de santé publique, concernant la transmission d’infections liées à l’usage de drogues par voie intraveineuse.

 

Ce programme est constitué d’un réseau de pharmaciens volontaires et bénévoles et est présents sur le bassin d’Annecy, mais aussi Faverges, Rumilly, dans la vallée des Aravis (Saint Jean de Sixt, Grand Bornand, La Clusaz) ainsi qu’à Chamonix, et sont au nombre de vingt-quatre à ce jour. En pratique, il s’agit de proposer aux utilisateurs de Stéribox2®3 d’avoir accès gratuitement à ce matériel dans les pharmacies partenaires, en échange de quoi, on leur demande de ramener le matériel usagé au sein de la pharmacie afin qu’il puisse être détruit, pour de limiter les risques d’abandon des déchets sur la voie publique. Lorsque l’Usager de drogues par voie intraveineuse rapporte son matériel usagé, le pharmacien peut procéder à l’échange et fournir de nouveaux kits, (un container DASRI4 d’évacuation des déchets est à disposition dans la pharmacie). Il est convenu que la personne puisse demander jusqu’à cinq Stéribox2® par passage suivant ses besoins en matériel.

Pour effectuer cette évaluation, il a fallu, avec un regard extérieur, repartir du début et comprendre ainsi les fondements d’un tel programme. A la fois d’un point de vue de santé publique en terme d’épidémiologie, d’état des connaissances sur le problème de santé que l’on veut impacter par cette action, et comment la mise en place du PESPA l’améliore. Mais aussi d’un point de vue plus qualitatif en tenant compte des représentations des différents acteurs concernés et comment ils vivent les choses au quotidien, que ce soit les pharmaciens ou les Usagers de Drogues par Voie Intraveineuse (UDVI). De nombreux travaux ont été effectués depuis plusieurs années sur la Réduction des Risques et sur l’injection par les professionnels de terrain. De nombreux constats ont été soulignés. Il s’agit donc de mettre en cohérence l’aspect concret du PESPA avec les éléments dont on connait la pertinence et l’efficacité de manière à apporter, si besoin et si possible, des pistes d’amélioration.

La demande des porteurs du projet PESPA quant à cette évaluation, (ARAVIH, Lac d’Argent), souligne leur implication et leur volonté d’apporter un regard critique afin de permettre une optimisation et une meilleure valorisation de celui-ci. L’objectif est d’effectuer une évaluation à la fois quantitative mais aussi et surtout qualitative afin d’obtenir une photographie objective du fonctionnement de PESPA pour pouvoir développer et adapter le programme actuel en étayant les besoins des différents acteurs et bénéficiaires. En effet, les questions et les observations d’expériences et de terrain ont amené à constater le besoin de connaître les freins et les leviers liés au succès de PESPA pour pouvoir le redynamiser, du point de vue des usagers et des officines de pharmacies (impliquées ou non). Il apparaît nécessaire d’avoir les opinions de chacun en termes de besoins, d’attentes, de vécu d’un point de vue pratique mais pas seulement.

C’est pourquoi il m’a été demandé de mettre en place une enquête à destination des pharmacies partenaires ainsi que des usagers de drogues par voie intraveineuse pour mettre en évidence quels besoins particuliers en ressortent et comment il est possible d’y répondre.

1Virus d’Immunodéficience Humaine

2Réduction des Risques

3 Kit de matériel d’injection stérile à usage unique disponible en pharmacie au prix de 1 euro pour deux injections

4 Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux

 

PESPA Evaluation 2016 Définitif (Fichier téléchargeable)

 

Virginie RIZZO

Psychologue de la Prévention

 

Logo ARAVIH

 

officie300l