Projet associatif

Projet associatif

 

 

SES VALEURS

 

1 – Ses valeurs fondamentales

Dans la diversité de leurs opinions politiques ou confessionnelles, et dans le cadre de l’article 1 de ses statuts, tous les membres de l’association :

  • d’une part,  se retrouvent  dans les valeurs fondamentales énoncées ci-dessous qui placent comme centrale  la dignité de l’usager ainsi que de  sa famille  et,
  • d’autre part gèrent un établissement médico-social  dans le cadre réglementaire de la loi du 2 janvier  2002.

 

Respect de la charte des droits et libertés de la personne accueillie.

L’association reconnaît comme essentiels et s’engage à respecter les droits énoncés par la charte des droits et libertés de la personne accueillie.

  • Principe de non discrimination
  • Droit à une prise en charge et / ou un accompagnement adapté
  • Droit à l’information
  • Droit à la renonciation
  • Droit au respect des droits familiaux
  • Droit à la protection
  • Droit à l’autonomie
  • Principe de prévention et de soutien
  • Respect de la dignité de la personne et de son intimité
  • Respect de  l’anonymat
  • Affirmation de la neutralité.

 

2  –Ses  Principes

  • Unité de l’association

L’association est la personne morale et juridique garante de l’ensemble des actions de prévention, de  réduction des risques, des prestations soignantes et  socio-éducatives.

  • Délégation de service public

L’association du Lac d’Argent assure une délégation de service public et, en conséquence,  elle se doit d’être en conformité avec la loi en vigueur.

  • La volonté et le principe de responsabilité

L’association a la volonté de répondre à des besoins actuels et futurs.

Elle affiche la résolution de produire des actions de qualité et met en œuvre les moyens pour les réaliser. De plus, les membres de l’association doivent respecter les délégations et responsabilités données aux salariés dans le cadre de l’exercice de leur contrat de travail et du règlement intérieur de l’établissement.

Enfin, le Président est garant du fonctionnement de l’établissement et des salariés dans le respect de l’éthique.

SON BUT 

Le but de l’association est énoncé dans ses statuts. De fait, l’objectif de l’association est de fournir à tous les usagers  ainsi qu’à leur famille, une prise en charge qui s’exerce sur le territoire départemental  et, de façon concertée, pouvant s’étendre de façon régionale.

SES MISSIONS 

L’objectif principal de l’association est de permettre de répondre aux besoins médico-sociaux pour lesquels elle est crée.

L’accueil et la prise en charge des personnes toxicomanes et de leurs familles se déclinent par la mise en place d’un projet individualisé qui s’élabore à partir des objectifs suivants :

  • Assurer le soin, la prise en charge médicale, psychiatrique, psychologique et somatique, les protocoles de substitution, les sevrages ambulatoires, le suivi des sevrages hospitaliers en lien avec les équipes hospitalières.
  • Faciliter l’accès aux soins et en particulier le dépistage et la prise en charge des problématiques somatiques associées.
  • Favoriser la meilleure intégration possible dans les domaines de la vie socioprofessionnelle,
  • Accueillir et aider les familles dans l’appréhension des problématiques liées à l’usage des substances psycho actives.
  • Assurer et développer les diverses actions de prévention ( de l’information jusqu’à la réduction des risques).
  • Assurer et développer les liens avec les partenaires autour des questions du soin, de la prévention et de l’insertion sociale.
  • Participer à la formation professionnelle.
  • L’Association affiche une volonté de prospective afin d’élaborer des rencontres thématiques (Journées du Lac…) visant à optimiser un niveau de connaissances et de compétences sur les champs de la toxicomanie ainsi que d’être pôle de ressource sur le plan départemental, voire régional ;

Par ailleurs les fondements et les missions des établissements  et services sont définis, en cohérence avec le projet associatif, dans le cadre de la loi du 2 Janvier 2002, rénovant l’action sociale et médico- sociale.

SES MOYENS

 

Pour atteindre son but, l’association recherche l’engagement de l’état, du  département, de l’union européenne et du mécénat.

1 – Le personnel

L’amélioration des conditions de travail est un souci permanent de l’association. Le personnel est sous l’autorité de la direction, et met  en application les orientations définies par le conseil d’administration.

Il est composé de salariés qualifiés ou en formation.

L’équipe est  pluridisciplinaire : la diversité et la complémentarité des formations initiales est une richesse indispensable pour la réalisation d’un véritable travail d’équipe.

La formation continue du personnel est un élément essentiel pour lui permettre de s’adapter à l’évolution des populations accueillies ainsi qu’à la diversité croissante des dispositifs mis en place.

Le fonctionnement  participatif permet aux salariés de s’exprimer dans l’accomplissement de leur travail et de formuler des propositions concernant son amélioration.

Le système de délégation permet, sous le contrôle de la direction,à chaque professionnel d’être responsable dans son travail.

Le droit du travail, la convention collective de 1951 et le règlement intérieur déclinent les droits et obligations des salariés.

Une convention est établie entre l’association et le Centre Hospitalier de la Région d’Annecy qui définit les modalités de mise à disposition d’une partie du personnel

2 – Les équipements

L’association met des moyens à disposition des usagers: locaux, personnel, équipement, financements. Elle assure l’entretien, la maintenance et l’amélioration des équipements. Elle maintient la pérennité de la mise à disposition des locaux.

3 – Le développement du partenariat et du travail en réseau

Il est impossible d’agir dans le domaine médico-social de manière isolée.

Le partenariat s’impose tant dans le champ de la prévention que dans celui du soin, du suivi socio-éducatif et de la formation. Dans le cadre des missions qui lui sont confiées, l’Association veille à ce que cet aspect partenarial soit développé et privilégié. Nous devons participer à la diffusion et à l’actualisation des connaissances et des savoir-faire dans le champ des toxicomanies.

De plus, l’association doit se mettre en logique de veille quant à l’évolution du secteur et s’inscrire dans  une dynamique de mutualisation.

4 – L’évaluation

L’évaluation est une nécessité absolue pour mener des actions de qualité.

La loi de 2002 sur les institutions sociales et  médico-sociales prévoit l’obligation de l’évaluation pour les établissements.

Dans l’intérêt même des usagers, nous devons vérifier que les moyens mis en œuvre sont en adéquation avec les objectifs visés. La production de rapports d’activités constitue un pas dans cette direction. Il faut développer l’évaluation en tant qu’outil de travail. Il s’agit de réfléchir en commun sur le moyen de vérifier, à posteriori, si les décisions prises concernant des  situations, étaient les meilleures.

Statuts LAC D’ARGENT 2011

Règlement de fonctionnement – 11.01.2017 –